Une situation périlleuse (VII): Croire et espérer

Alors que la crise s’étend à l’Europe, que le Premier ministre vient d’engager un plan permettant de remplir l’objectif de 4,6% de déficit en 2012, il convenait pour nous de consacrer une série d’articles à la situation périlleuse que nous vivons. En effet, dans la frénésie d’informations que nous avons vécu cet été, entre la crise de l’euro, la dégradation de la note étatsunienne, les violences au Royaume-Uni, les révolutions arabes et la guerre de Lybie, il nous paraissait indispensable de faire un point sur une situation que nous qualifierions de périlleuse.

Notre série est composée de neuf articles, neuf comme le dernier chiffre, la fin idéale de toute série. Un article est publié chaque jour à 11h30 sur le blog. Voici notre septième:

Croire et espérer

Alors que jusqu’à présent, nous nous sommes concentrés sur les sujets qui n’allaient pas, ou sur des sujets très concrets en définitive; aujourd’hui, nous allons parler d’espoir, que croire de nos espoirs, croire en nous, élections et espérance, bref, deux mots que nous allons triturer dans cet article.

*

*               *

Croyance et espérance

Il s’agit, pour commencer, évidemment, de fixer les sens. Référons-nous alors au dictionnaire, pour notre part Le Petit Robert 2011. Nous prendrons, la définition des verbes croire et espérer:

Croire: I. 1. Tenir pour vrai ou véritable […], sens fort: Donner son plein assentiment à un vérité, avoir la certitude morale de. 2. (fin XIe) Tenir (qqun) pour sincère, véridique; ajouter foi à ce qu’il dit.

II. v. tr. ind. croire à, en: 1. lui accorder son adhésion morale ou intellectuelle […] 2. Tenir pour réel, vraisemblable ou possible.

Espérer: 1. considérer (ce qu’on désire) comme devant se réaliser 2. v. intr. Avoir confiance.

Nous le voyons, le verbe croire a à voir avec la caractère vrai que l’on accorde à une idée, et espérer fait appel au désir. Dès lors l’appréhension de l’avenir devient sujet à débat, faut-il croire en notre avenir, ou en un espérer un?

Croire en notre avenir renverrait donc, à une certaine rationalité, un considération réfléchie d’un avenir en lequel, nous pouvons croire. Nous pouvons tenir cet avenir pour possible. Aperçu de la sorte, l’avenir apparaît comme étant une religion, on croire en un avenir meilleur de la même manière dont on croit au Salut de notre âme. Nous tenons la réalisation de cet avenir comme possible étant donné la situation actuelle, il y a donc un certain rationalisme dans la croyance.

Espérer, par contre, renvoie à nos désirs, irrationnels. L’espoir en un avenir, serait donc un phantasme, voire une utopie.

Nos définitions ainsi posées, nous mènent à nous interroger, la politique doit-elle faire croire ou espérer?

*

Politique, espérer et croire

La politique, doit évidemment nous faire espérer un avenir meilleur. Sans pour autant négliger de nous y faire croire. Les propositions d’un candidat par exemple à la présidentielle, doivent allier à la fois le rationalisme afin que nous croyons en son projet, mais également une part d’utopie d’un projet plus vaste qu’une simple et limitée mandature, qui nous fasse engager dans la voie d’un espoir.

Néanmoins, dans la crise, et depuis de nombreuses années, les politiques ont perdu le crédit qui faisait que nous pouvions les croire, mais aussi, du fait d’un vision court-termiste politicienne, ils ne soulèvent quasiment plus aucun espoir.

Il apparaît donc, qu’en dépit de l’attente, les élites politiques se soucient encore davantage de leurs carrières, de leurs revenus que du pays. En effet, chaque Homme politique semble aujourd’hui être un présidentiable potentiel, avoué ou non, les médias y ont une grande part, et contribuent certainement à faire ressortir les personnalités plutôt que les idées, et pourtant, aucun Homme politique ne s’y oppose, chacun convaincu que cela fait partie de l’ère du temps et y voyant conforté leur ego.

La politique, devrait pourtant être le débat d’idées, même s’il est clair que chaque idée est marquée par un individu, il ne faudrait pas penser que l’idée se réduit à l’individu. La politique, doit être crédible, que l’on puisse la croire, car elle ne ment pas, elle doit nous dire la vérité ce les possibles, selon elle. Chacun aura sa vision des possibles, mais de là à s’y opposer frontalement, non, ce ne pourra être que des affrontements sur des détails, mais il n’en sera donc que plus violent conduisant à tenter de décrédibiliser l’adversaire. Par ailleurs, la politique doit nous faire espérer, afin de nous montrer que les décisions en lesquelles nous devons croire ont un cap bien plus lointain que les prochaines élections, que même la mandature, voire que nos propres vies.

*

Croire en, ou espérer son avenir?

Derrière cette discussion sémantique, où en arrivons-nous? À la question de l’à-venir. Puisque par définition, nous ne pouvons savoir ce qui sera, nous espérons ce que sera cet avenir.

Mais faut-il ou croire en ou espérer son avenir. Selon nous, les deux, car il faut y croire car il est nécessaire de penser que cet avenir que nous pensons est vraisemblable, possible, sinon, à quoi bon s’y diriger; cependant, il faut également, l’espérer afin de ne pas oublier la part de rêve indispensable à cet avenir que nous souhaitons.

À y regarder avec du recul, il faut croire en l’avenir car il peut apporter ce que l’on veut, et l’espérer car il pourrait voir se réaliser ce que l’on désir. Vous noterez, la subtilité avec les temps usés et les verbes vouloir et désirer.

*               *

*

En somme, l’avenir est chose bien mystérieuse, et nous pourrions en avoir moins peur, en regardant notre passé, et en sachant appréhender un avenir qui n’est jamais une répétition d’un passé, mais toujours la création d’un futur passé.

Publicités

Une réflexion sur “Une situation périlleuse (VII): Croire et espérer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s