Cars 2, ou un nouveau James Bond

Avant la série d’articles annoncée, nous nous sommes permis un petit divertissement. En effet, nous sommes allés voir Cars 2. Pour les non-initiés, c’est un film d’animation où les personnages sont des automobiles (très étatsunien, donc).

Synopsis

Dans Cars 2, Flash McQueen, la star des circuits automobiles, et son fidèle compagnon Martin la dépanneuse reprennent la route pour de nouvelles aventures. Les voilà partis pour courir le tout premier Grand Prix Mondial, qui sacrera la voiture la plus rapide du monde ! Mais la route du championnat est pleine d’imprévus, de déviations et de surprises hilarantes, surtout lorsque Martin se retrouve entraîné dans une histoire comme il n’en arrive qu’à lui : une affaire d’espionnage international ! Ecartelé entre son désir d’assister Flash McQueen dans cette course particulièrement difficile et celui de mener à bien une mission d’espionnage top secrète, Martin se lance dans un voyage bourré d’action et une course-poursuite explosive sur les routes du Japon et de l’Europe, suivi par ses amis et regardé par le monde entier. Sur la route, Flash et Martin trouveront de l’action, de l’humour effréné et de tout nouveaux personnages – agents secrets, redoutables méchants et adversaires décidés sur les circuits automobiles…

Source: Allociné

Les bonnes pensées

Si dans, le premier épisode il s’agissait pour le héros Flash Mac Queen, de remporter la Piston Cup, cette fois, la vedette est Martin, le fidèle ami dépanneuse de Flash, entraîné dans une affaire d’espions par Mac Missil, le James Bond-voiture.

Évidemment, comme dans tout bon film pour enfant, nous retrouvons les éternelles couplet sur l’amitié entre Flash et Martin qui sera mise à rude épreuve, les douceur de l’amour, et bien évidemment des méchants, vraiment méchants qui veulent, accrochez-vous, donner mauvaise réputation aux carburants écologiques pour que le pétrole dont ils ont trouvé un super gisement soit de nouveau à la mode!

Scénario dans l’air du temps, mais traité de manière original, et le message écologique, se trouve contesté, mis en doute dans la durée du film, pour un retournement final. Mais même, si l’on pourrait croire à un film baigné d’écologisme, il n’en est rien, selon nous.

Les clichés tenaces

Ce film, est également l’occasion pour nos héros de voyager: Japon, France, Italie, Royaume-Uni, et à nous de rencontrer les éternels clichés. Le Japon, où Martin confond Wasabi et glace à la pistache, et utilise des toilettes étonnantes; Paris où les automobiles bloquées les embouteillages sont grincheuse mais où l’on assiste à des déclarations d’amour toutes françaises; l’Italie où la famille a un rôle déterminant, et où l’on rencontre les parrains de la mafia; enfin le Royaume-Uni où nous apercevrons sa gracieuse majesté automobile et les gardes de Buckingham Palace. Et, bien entendu, un docteur, acolyte du super-méchant toujours aussi méchant et à l’accent germanique!

De l’action

Élément important, de ce film, l’action, où nous retrouverons les ficelles de l’espionnage, des explosions, en veux-tu en voilà. Un film, qui nous a néanmoins tenu en haleine, malgré les deux coupures que nous avons eu à subir du fait des projectionnistes. L’action est au rendez-vous, et cette suite, semble tout aussi réussi que le premier opus, car différente sans apparaître comme étant une suite par manque d’idée, avec un scénario nouveau et un centrage sur un personnage jusque là secondaire. Bref, nous sommes séduis, autant que nous pouvons l’être par un divertissement.

Publicités

2 réflexions sur “Cars 2, ou un nouveau James Bond

  1. Le « 1 » de cette série m’a passablement amusé, mais surtout choqué. En effet, en dehors de la surabondance d’éléments « culturels » américains ( devrais-je dire éléments issus de la dysneylandisation médiatique des USA ?), le fait d’humaniser à outrance des voitures m’a beaucoup gêné (peut-être est-ce en lien avec l’évolution des Hommes ).
    C’est d’ailleurs assez « amusant » de voir les nombreuses bourdes (en dehors des anachronismes évidents) que l’on retrouve à la fin quand les scénaristes veulent faire croire à une course de char semblable à ce que l’on avait dans l’antiquité gallo-romaine !

    Bref, je préfère dépenser 8 euros à m’acheter un bouquin

    • Je suis d’accord sur l’ensemble de ce que tu dis. Déjà premièrement, il est diffidicile de demander à un film étatsunien, de ne pas en avoir toutes la caractéristiques les plus marquantes, d’autant que, qu’on le veuille ou non, ça fonctionne. Ce serait comme un film Bollywoodien sans danse, enfin ce serait idiot… Ensuite le fait d’humaniser des voitures, permet de jouer avec l’imaginaire des enfants, mais aussi raccroche aux Etats-Unis où la voiture est reine.
      Enfin, il ne faut pas oublier que c’est un divertissement, et que pour une fois je m’y suis laissé prendre, peut-être car j’en ai besoin en ce moment. Quant aux huit euros, c’était pour utiliser d’une place offerte également.
      BIen à toi,
      Tom.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s