De l’homosexualité et de la menace du Refuge

Alors que je naviguais sur Internet je suis tombé sur cette informations qui est passé quelque peu inaperçue auprès des médias nationaux, le Refuge de Montpellier a reçu des menaces de mort pour ses résidents. L’association a décidé de porter plainte et demande le soutien des politiques afin que ce comportement ne soit plus accepté, face au mutisme des médias nationaux j’ai décidé d’en parler afin de poser mon humble pierre à l’édifice. Bien évidemment loin d’un simple soutien pour soutenir je vais donner mon avis et mon humble analyse sur la question de l’homosexualité en France.

De l’anormalité de l’homosexualité

De nos jours, comme depuis longtemps l’homosexualité est encore est toujours considérée comme anormale, si d’un point de vue purement animale elle peut le paraître puisqu’une relation homosexuelle ne peut pas participer à la pérennité de l’espèce, humaine en l’occurrence, d’un point de vue sociologique est-ce anormal? Oui, dans le sens où ce n’est pas la norme, ce n’est pas le schéma classique qui demeure la famille avec un couple hétérosexuel, si cela paraît somme toute logique car pour concevoir un enfant il faut être irrémédiablement de sexes opposés et c’est certainement cette instinct de la survie de l’espèce qui nous fait rejeter en bloc l’homosexualité.

Néanmoins dans toutes considérations, demeurent un problème, l’Homme Photon’est pas un simple animal – quoique des cas de relations homosexuelles aient été constaté chez certaines espèces – l’Homme a cette particularité d’être un animal raisonnable – dans le sens où il a une raison – et de vivre en   société, or ce modèle devrait faire que l’Homme puisse s’affranchir de ses instincts animaux. En somme, le rejet des relations homosexuelles révèle que l’Homme tout raisonnable qu’il se veut et se pense a encore en lui les traces de son animalité passée dont il ne parvient pas à s’affranchir – ce qui dit en passant remet en cause la liberté naturelle de l’Homme –.

Si en effet, il est indispensable pour l’avenir des sociétés humaines que l’homosexualité ne devienne pas la norme – au sens sociologique, car cela mettrait l’hétérosexualité comme anormale – il faut néanmoins que le schéma traditionnel de la famille sache évoluer vers davantage de tolérance et de nuance et que l’homosexualité devienne une des possibilité de vie en société et ne soit plus anormale et dans un même mouvement que l’hétérosexualité devienne également une des possibilités de vie en société et perde son statut de norme absolue. Qu’homosexualité et hétérosexualité acquièrent une sorte de statut de norme relative en quelque sorte.

De la question du mariage homosexuel

La question se pose en France comme dans de multiples pays occidentaux en tout les cas – mais l’homosexualité existe même en Iran ce n’est pas comme j’ai pu l’ouïr une forme de la décadence de l’Occident – et je ne tomberai certainement pas dans la facilité qui consisterait à dire: “les autres le font pourquoi pas nous”, argument politique usé à maintes reprises dans moult domaines mais absolument irrecevable – si les autres ont torts on les imite quand même? Idiot, non? –.

À mon sens, il n’y a aucun argumentaire solide pour s’opposer à l’accès au mariage des couples homosexuels, car le PA.C.S. (Pacte civil de solidarité) est ouvert aussi bien aux homosexuels qu’aux hétérosexuels mais n’a pas la solennité du mariage, tout d’abord le PA.C.S. est “célébré” au tribunal et peut-être rompu par simple courrier, et la facilité de la rupture n’est pas sans propager l’idée de l’infidélité chronique des homosexuel – car pacsé équivaut à homosexuels pour beaucoup encore –. De même, les conjoints sont unis certes mais ce n’est pas l’institution que représente le mariage, devant le maire, solennellement on se donne l’un à l’autre, si les conditions de vie sont proches (pour la succession comme pour l’impôt sur le revenu), les modalités de rupture donne une image fort peu stable d’un couple de pacsés. Et le mariage est supposé se faire par amour, comme la conclusion d’un PACS, mais l’amour homosexuel aurait-il moins de valeur? Bien sûr que non, aimer c’est humain, aimer quelqu’un du même sexe est humain – il me semble que les personnes dont nous parlons sont humaines, non? –.

En conclusion, puisque l’amour entre un homme et une femme, entre deux hommes, entre deux femmes est le même, ce sont des sentiments, et les sentiments étant humains de même que le mariage est l’acte célébrant et scellant le dit amour devant un représentant de l’Etat: le maire et non un juge, le mariage homosexuel n’a rien d’inquiétant, il n’y a rien de choquant à cela, certes un mariage homosexuel à l’église c’est s’opposer aux dogmes, mais la République ne s’est-elle pas précisément construite dans l’opposition auxdits dogmes?

De la question de l’adoption

Abordons à présent une question encore plus redoutable que celle du mariage, celle de l’adoption par un couple homosexuel. Si je l’avoue dans un premier temps j’étais opposé à l’idée qu’un couple homosexuel puisse se voir autoriser à avoir par la société ce que la nature ne leur permet pas de faire, bref avoir un enfant, depuis j’ai entendu un argument qui m’a fait douté, en effet il existe en France nombre de familles monoparentales et recomposées, et là le bonheur et l’épanouissement de l’enfant ne pose pas problème, et j’avoue que cet argument m’a bousculé dans mes avis – c’est aussi cela la démocratie: écouter les arguments de chacun et admettre de se remettre soi-même en question –.

Donc à ce jour je n’ai pas d’avis arrêté sur la question, mais je vais tâcher de développer un avis sur le fait que l’on reproche souvent aux parents homosexuels d’être égoïstes, de vouloir adopter pour pouvoir profiter du bonheur d’un enfant. Or, en y réfléchissant un instant, l’enfant en question est orphelin ou a été abandonné, dès lors adopter un enfant part d’une démarche certes égoïste – avoir le bonheur de la parenté (mais cela vaut aussi pour les couples hétérosexuels) – mais s’avère également être une démarche altruiste – au sens où sinon l’enfant n’aurait pas de parents (après on peut évidemment se poser la question n’est-ce pas mieux de ne pas avoir de parents tout court) –. En conclusion, à ce jour je suis partagé, j’attends d’être totalement convaincu, d’un côté comme de l’autre.

Cela étant, ma seule condition serait que l’on ne parle que d’adoption, car se “faire faire” un enfant lors d’une relation hétérosexuelle et l’élever en parents homosexuels là pose une question hautement plus grave car là la conception même de l’enfant relèverait d’une démarche égoïste, donc ce serait là à mon sens inconcevable.

Donc à ce jour, pour moi l’adoption je dit pourquoi pas, à discuter.

De la tolérance et la menace faite au Refuge

“Avant, toutes ces personnes on les enfermait dans les asiles vu qu’il leur manque des neurones, ils ont la tête creuse, ils préfèrent aimer contre nature”, écrit notamment l’auteur du courrier, si l’auteur n’a pas tort, nous parlons d’un temps révolue, dicter par une philosophie différente et qu’il ne s’agit pas de stigmatiser, les croyances et les philosophies évoluent. Pour autant affirmer qu’“ils préfèrent aimer contre nature”  est à mon sens faire du non sens, car l’amour ça a beau comme je l’ai dit supra être chose naturelle et humaine, il y a-t-il une forme d’amour naturelle? Pour moi non, s’il on prend la définition d’amour dans Le Petit Robert 2006: “Amour: inclination envers une personne, le plus souvent à caractère passionnelle, […] entraînant des comportement variés”, donc l’amour est chose naturelle, nulle part dans ladite définition – même le passage coupé – il n’est affirmé que l’amour se doit d’être entre homme et femme, donc l’amour homosexuel n’est pas contre nature. Donc l’opposition à l’homosexualité relève plus de l’intolérance et surtout d’une méconnaissance de ce qu’est l’Amour.

Dans un post-scriptum, celui-ci menace : “On connaît toutes les habitudes de vos protégés et croyez-nous on va les criblés de plombs et les mettre en pièces détachées pour les punir”, là évidemment on passe dans le concret de la menace de mort, et l’on plonge dans la criminalité, l’assassinat, bref l’illégalité, il n’y a rien à débattre sur ce passage, sinon dire que c’est honteux que l’on puisse même dans ses propos être aussi violent! Je suis outré, de tels propos ne font que nuire aux débats sur les droits des homosexuels en clivant sans jamais débattre, en détruisant sans jamais construire.

À présent il ne reste plus qu’à la classe politique de réagir et d’agir.

Annexes:

> Pour des informations sur:

>> Le Refuge de Montpellier

>> L’actualité gay (blog dédié)

>> Le PA.C.S.

Des courts-métrages sont produits par CANAL +, afin de lutter contre l’homophobie: voir ici

Publicités

2 réflexions sur “De l’homosexualité et de la menace du Refuge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s