De la souveraineté et de son respect

Ce mois de décembre, a été marqué par de nombreuses atteintes à la souveraineté ou à sa représentation, en effet, que cela soit par l’atteinte à la représentation nationale française par l’action de Greenpeace au sein de l’Assemblée Nationale, ou encore avec la Suisse à qui la France voudrait imposer ses propres lois sur l’évasion fiscale, ou plus récemment l’agression de Benoît XVI.

De l’atteinte au mépris de la représentation nationale

Trois événements totalement distincts mais qui selon nous affecte la souveraineté nationale.

 

De l’atteinte physique à la représentation souveraine: de Silvio Berlusconi à Benoît XVI.

 

En effet, que ce l’agression papale ou celle du chef du conseil italien, ces deux actes attribués à des déséquilibrés montrent bien à quel point, la souveraineté est la cible privilégiée car c’est celle qui heurte le plus la population. Que ce soit les Vaticans et Vaticanes, car je considère ici le Pape réduit à sa souveraineté sur le Vatican, pas sa valeur symbolique pour les catholiques, ou que ce soit les Italiens et Italiennes, chacun devrait s’offusquer d’un tel acte car au travers de celui-ci et s’il on accepte la théorie selon laquelle ses chefs d’états incarne leur Nation, leur pays, leur population, il y a tout lieu de penser que s’attaquer à eux revient à s’attaquer au pays qu’ils représentent.

Selon le même motif, l’agression de Georges W. Bush avec une chaussure, était du même ordre et ce doit d’être sévèrement puni, quoique l’on puisse penser de ladite personne, certes on peut considérer que tous trois sont les pires chefs d’états au monde, mais par respect pour ceux qu’ils représentent les attaquer revient à attaquer par ricochet une Nation.

Cependant, le cas de Silvio Berlusconi est en parti différent car c’est un Italien qui s’en est pris à lui, néanmoins cet acte n’en demeure pas moins comparable et doit même comme chacun des autres nous amener à réfléchir, pourquoi ces hommes et femmes s’en sont pris à eux, quelles étaient leurs motivations? Essayer de comprendre en plus que de condamner bien évidemment.

 

De l’atteinte symbolique à la représentation nationale: de Greenpeace et de l’Assemblée Nationale

 

Le troisième événement qui a fait assez peu de bruit finalement, contrairement à ce qu’escomptait leurs organisateurs nous ramène à notre démocratie, la démocratie représentative de la République Française, “La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum” (Article 3 de la Constitution Française de 1958), de plus “Les partis et groupements politiques […] doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie” (Article 4 de la Constitution Française de 1958). De ce fait, il apparaît que l’intervention de Greenpeace au sein de l’hémicycle afin d’influencer d’une manière ou d’une autre le vote, et la pénétration de membres au-delà des tribunes, montre une outrecuidance à l’égard des institutions de la République qui ne saurait être toléré, et je ne peux que regretter le fait que les sanctions ne fussent pas exemplaires, bientôt on pourra venir voter à la place de son député! Et en France lorsque ce sont les tribunes qui font le vote, ça n’annonce rien de bon, rappelons-nous des débuts de la République…
Si les motifs de protestation de Greenpeace peuvent être légitimes, la mise en œuvre est totalement illégitime voire antidémocratique.

 

Du nom respect de la législation, de la spécificité, des particularismes d’un Etat souverain: la Suisse à la vindicte et nouvellement la Chine.

La Suisse, pays démocratique d’Europe, îlot de résistance à l’Union Européenne, petit pays relativement à la plupart des pays européens qui se considérant plus puissant se permettent de juger des lois des autres pays! La Suisse s’est vu affubler de tous les maux de la crise et responsable des déficits de tous les pays du monde en attirant par sa fiscalité les gros contribuables. Si je ne remet pas en cause la nécessité de chasser ceux qui trichent avec l’impôt , je ne peux concevoir que l’on pourchasse non pas les fauteurs de troubles, mais les pays supposés les accueillir, de plus la Suisse a ses propres lois, au nom de quoi la France peut-elle se permettre de les contourner si ce n’est pas mépris? D’ailleurs a-t-on entendu cette France si vertueuse soutenir la Suisse contre la Lybie? Bien entendu, non! Vive les donneurs de leçon…

La Chine quant à elle, a exécuté un ressortissant britannique, malade mental, accusé de narcotrafic, si toute les démocraties peuvent s’indigner des conditions de la Justice chinoise, si nous concevons que cette décision est disproportionné, mais c’est la Justice chinoise, mais au nom de quoi pourrions-nous juger de la Justice des autres pays. Par ailleurs reprocher la peine de mort, n’est-ce pas hypocrite, les Etats-Unis sont donc selon la même logique un pays honteux, aucun Français n’a jamais été exécuté aux USA? Mais quand c’est la Chine c’est honteux…

Publicités

Une réflexion sur “De la souveraineté et de son respect

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s