Suicide du travail au travail

Alors que l’actualité malheureuse nous apprenant le suicide d’un salarié de France Télécom motivé apparemment par une surcharge de travail, une dévalorisation, on peut de droit s’interroger sur ce qu’incarne le travail en ce vingt-et-unième siècle en France.

 

Le candidat Sarkozy en 2007 voulait lors de son mandat “réhabiliter la valeur travail”, 2 ans plus tard, il ne semble pas que la valeur travail soit réhabilitée, en témoigne le fait que les français sont toujours autant ravis de partir en vacances et plus encor en retraite! Le Président semble se tenir à vision finalement économique du travail comme étant à la source des revenus et donc conception libérale, menant au bonheur (à ce sujet lire ce cours). Dès lors, le travail est réduit à l’argent et que finalement ce soit bel et bien la “valeur argent” qui ait été réhabilitée de ce fait, mais la crise semble remettre en cause tout autant qu’elle révèle le pouvoir de l’argent.

 

Le travail, n’est donc pas réductible au revenu qu’il procure, il y a bien plus, ce que visiblement les firmes transnationales semble avoir oublié, derrière le travailleur se dissimule un Homme, dans toute son entièreté. Le travail pour l’Homme est bien plus que la recherche du gain, conception que l’on peut résumer dans le célèbre: “Travailler plus pour gagner plus.”, le travail est ce qui permet à l’Homme de forger son identité, d’imprimer son humanité. En effet, l’artisan, qui crée met toute son intelligence, le travail est le reflet de son humanité (l’Homme étant reconnu comme le seule animal doué de raison et dons d’intelligence), il en va de même pour l’ingénieur qui conçoit un programme informatique, pour l’enseignant qui instruit ces élèves et cetera. De plus d’un point de vue sociologique, le crée le lien social, en effet notre réseau notamment d’amitié se crée en premier lieu grâce au travail, c’est le moteur des échanges humains et intellectuels en terme d’expérience, d’analyses, de compétences…

 

Dès lors comment expliquer que des travailleurs en arrivent à se suicider sur leur lieu de travail en légitimant cet acte par une surcharge de travail, un manque de reconnaissance (pas financière dans le cas du salarié de France Télécom, puisqu’il avait eu une augmentation) notamment symbolique de la hiérarchie? Tout d’abord, l’analyste honnête reconnaîtra un déficit de données fiables sur le sujet en France, ce qui ne permet pas de se faire une idée claire de l’ampleur du phénomène et donc des éventuelles amélioration à apporter. Néanmoins, l’idée selon laquelle la réduction du temps de travail est une solution est illusoire, en effet, avoir plus de loisirs nous permet de davantage satisfaire nos intérêts particuliers (cf. lien donné plus haut), en aucun cas de renforcer les liens sociaux, par exemple les vacances lorsqu’elles consistent en un tourisme de masse sont-elles favorables à l’accroissement du lien social et à l’élévation intellectuelle? Ce n’est guère certain.

 

Dès lors, si la diminution du temps de travail n’est pas favorable au bien-être d’une société en lui permettant de se divertir (dans des lieux attirants où tous se rendent donc facteur de stress, où est le repos ainsi?), et si la solution n’est pas non plus dans la réduction du travail à l’argent, il faut bien reconnaître que le bien-être AU travail est fondamental, que cela soit par un sentiment d’équipe renforcé mais pas omniprésent, par le fait que l’ouvrier, l’employé, bref le travailleur, voit l’utilité de son action dans un processus de fabrication, que ce soit aussi par un environnement de travail sain (ergonomie notamment). Mais aussi par une véritable implication des travailleurs dans leur façon de travailler, par un vrai décloisonnement où l’ingénieur se rend sur la chaîne de fabrication pour se rendre compte par exemple.

 

La France a malheureusement pris un cruel retard dans le bien-être de ces travailleurs, engendrant directement ou indirectement davantage de dépenses de santé, d’absentéisme, de rejet de la valeur travail et de sacralisation de la retraite, cet “enfin” pour nombre d’entre nous.

Publicités

3 réflexions sur “Suicide du travail au travail

  1. C’est en effet dramatique et ô combien triste; ne banalisons surtout pas ce qui se passe car cela serait catastrosphique mais essayons d’apporter des lignes de réflexion simples.Effictivement, il a été parlé du rejet de la valeur travail, le travail n’est plus perçu aujourd’hui comme un concept de valorisation de l’homme comme cela l’a été depuis la nuit des temps; les 35 heures venues ont créée une notion négativante de ce qui fut longtemps un lieu de compétitivité, de confrontation des connaissances techniques et du génie de l’ouvrier, par ses capacités professionnelles ce dernier ne dispose plus d’une tribune pour « se distinguer » des »autres », ce lieu(de travail) est devenu inutile et sans enjeux d’où le rejet de l’ensemble qui constitue ce que l’on appelle communément « son travail ».

    • Bonjour à vous Augustin,

      En effet je pense que les 35 heures en opposant travail et loisirs a donné un reflet négatif du travail, conçu comme le lieu où l’Homme s’épuise, s’use, alors que les loisirs seraient le lieu d’émancipation de l’humanité. Malgré tout cela beaucoup de monde semble s’illusionner à croire que les vacances sont le bonheur de tous! Alors que pour que certains soient en vacances il faut qu’il y en ait qui travaillent! De plus croire que les vacances déstressent?! Alors que tous se suivent tels des moutons de Panurge…

      Néanmoins au délà des 35 heures, amoindrir le rôle du travail à l’argent qu’il procure est une réduction tout aussi fausse… Il faut donc redonner son vrai rôle au travail, non pas comme exploitation, non pas comme endroit d’ennui, de stress, de mal-être, mais comme un endroit où l’Homme peut faire part de toutes ses compétences, de ses qualités, de partager son expérience. Or il apparaît qu’aujourd’hui, ni les entreprises, ni les politiques, ni les citoyens ne pensent au bien-être au travail, ce qui serait à mon avis un pas en avant important.

      Bien à vous.
      Tom.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s