Caster Semenya ou la performance oubliée

Alors que les championnats du monde d’Athlétisme 2009 de Berlin se sont terminés dimanche dernier, le 23, les médias sont obnubilés par une affaire rare, celle de la féminité de Caster Semenya.

 

En effet cette jeune sud-africaine a battu le record du 800 mètres en faisant un chrono de 1’55 »45, il est regrettable de faire plus d’importance à son apparence qu’à sa performance que tout le monde semble oublier. Je trouve par ailleurs

choquant l’intitulé de douter du sexe d’une personne sur des supputations dues à son apparence, signe que notre société occidentale est toujours bornée dans le préséance accordée à la vue sur les autres sens et signal inquiétant d’une société qui mise tout sur l’apparence, il suffit de voir le diktat de la “beauté” physique.

 

Les résultats sont attendus pour dans les semaines à venir:

  1. S’il s’avère que c’est une femme quoique les apparences peuvent laisser transparaître, les médias s’excuseront-ils pour leur comportement outrancier?
  2. S’il s’avère que c’est un homme, les sanctions seront prises.
  3. S’il s’avère que c’est une personne hermaphrodite, c’est à dire qu’elle possède les chromosomes XXY au lieu de XX ou XY, l’IAAF la destituera de sa médaille, car ce n’est pas une femme à 100%, cela dit ce n’est pas un homme non plus véritablement, alors la fédération se bornera-t-elle dans cette discrimination envers les personnes souffrant d’anomalies génétiques? Ce serait scandaleux.

Dans tout les cas, l’acharnement médiatique sur cette jeune femme qui a

littéralement été humiliée sur la place publique, doit nous faire réfléchir sur la place des médias et sur nous-même, représentants de la société dite occidentale qui ne jugeons les gens que sur leurs apparences quoique nous voulions dire! Ainsi je comprends les réactions de la population sud-africaine toute derrière sa championne dorée!

Publicités

Les Corées pleurent leur rayon de soleil

Kim Dae-Jung, président sud-coréens de 1997 à 2003, est mort le 18 août dernier. Alors que la plupart des journaux nationaux n’y accordent que peu d’importance comparé au fait capital que constitue les mouvements autour de Daniel Cohn-Bendit, il y a des nombreux mouvements entre les Corées, notamment du côté Nord qui semble montrer un réchauffement, mais cela la plupart des médias le taise au risque de perdre un “ennemi”.

 

Kim Dae-Jung, est connu dans le monde pour sa « Politique du rayon de Soleil » avec la Corée du Nord, qui rappelle l’Ostpolitik de Willy Brandt avec la RDA. Drapeau Corée du NordGrâce à cette politique de rapprochement, il fût le premier chef d’Etat sud- coréen à se rendre à Pyongyang, où il rencontra son homologue Kim Kong-Il, il signèrent tout deux la déclaration conjointe du 15 juin qui constitue le fondement des relations intercoréennes en vue de la réunification. Cette politique lui a valu de recevoir le Prix Nobel de la Paix, même si la Corée du Nord a protesté du fait que seul le président Sud-coréen en a bénéficié.

 

Cela étant, en ce mois d’août 2009, et alors que Pyongyang a jusques là montré des signes belliqueux au monde (cf. cet article du 4 juillet dernier), elle a montré ces derniers temps des signes d’apaisement, tout d’abord, avec la médiation de Bill Clinton qui s’est déplacé En Corée du Nord, les autorités

ont accepté de libérer une journaliste étatsunienne, quelques jours plus tard des représentants nord-coréens étaient reçus par le gouverneur démocrate du Nouveau-Mexique, signe d’un dégel relatif dans les relations entre Pyongyang et Washington. Par ailleurs, les Nord-coréens ont envoyé cette semaine des représentants à Séoul, pour rendre hommage à Kim Dae-Jung et être reçu par le Président sud-coréen, Lee Myung-Bak pourtant réticent envers Pyongyang.

 

Il est donc à regretter que les médias français, notamment lors de la “grand-messe” du 20h ne se fasse pas davantage l’écho de ces événements et ne se bornent à évoquer la Corée du Nord uniquement comme un état infréquentable qui menacerait en permanence le monde de par ces agissement. Par ailleurs, il est tout aussi regrettable que l’on ait pas rendu hommage à Kim Dae-Jung qui fut un acteur important dans la région asiatique, mais il est clair que pour les médias, la Corée et l’Asie c’est loin, pas de sang, pas de crimes, pas de barbarie, pas d’émotion telle que pour le roi de la pop, donc peu important… Il est regrettable que ceux qui sont sensés nous informer se bornent à nous livrer que du “sensationnel”…

L’envol d’Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi

Le 21 décembre 1988, le Boeing 747 de la Pan Am reliant New-York à Londres explose en vol au dessus de la localité de Lockerbie en Ecosse. La Lybie montrée du doigt comme étant l’instigatrice de cet attentat livre deux Libyens accusés: Al Amin Khalifa Fhimah et Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi, si le premier est acquitté le second est condamné à la prison à vie avec une peine de sûreté de 27 ans. Cependant depuis vendredi il a été libéré pour raison médicales, il serait atteint d’un cancer de la prostate en phase terminale.

 

Si aujourd’hui un des fils de Mouammar Kadhafi affirme que cette libération a aussi pour but de dégelé les relations entre Tripoli et Londres, notamment pour la fourniture de pétrole Libyen au Royaume-Uni. Quoiqu’il en soit, malgré toutes ses rumeurs fondées ou non, ce qui m’a le plus interpellé dans cette affaire c’est la réaction des Etats-Unis, si les familles étatsuniennes s’indignent que l’on fasse preuve de compassion envers quelqu’un qui n’a jamais exprimé de remords, les familles écossaises, elles, doutent toujours de sa culpabilité. Le Président étatsunien, Barack Obama, quant à lui avait appelé les autorités écossaises à ne pas les libérer et s’est indigné de l’accueil fait à Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi à son arrivée à Tripoli.

 

Ce qui me choque dans les réactions étatsuniennes au-delà qu’un chef d’Etat, étranger qui plus est, tente d’interférer dans le déroulement de la Justice, c’est que l’on argue du fait qu’Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi n’ait fait preuve lui d’aucune repentance pour l’empêcher de rejoindre sa famille en Libye.  De mon point de vue se montrer aussi cruel envers les criminels que les criminels envers leurs victimes est d’une incroyable bassesse et réduction d’esprit, au contraire montrons-nous juste et magnanime. Si nous devions nous abaisser au niveau des criminels quelle image donnerait-on des démocraties, sensées être plus morale que tout autres régimes à ce jour?

 

Il fallait donc libérer Abdelbaset Ali Mohmed Al Megrahi, et le Cour écossaise a fait son devoir en ne se laissant point influencer par le Président étatsunien, qui comme ses prédécesseurs a parfois tendance à s’arroger une quasi-présidence du monde. Néanmoins, l’accueil triomphal réservé à Al Megrahi à Tripoli demeure choquant et disproportionné.